untitled

Préparation des bielles


Le travail sur les bielles repose sur la même base et la même précision que celle de la culasse.

Les outils :
- Toile de verre,
- Lapidaire avec disque à meuler diamètre 115 voir plus petit
- Un pèse aliment de très bonne qualité
- Une baguette de soudure.

Le but :
- Les alléger
- équilibrer le poids entre elles
- les polir pour gagner en résistance et en poids

La bielle subie de grandes contraintes : la pression exercée entre le piston et le vilebrequin dépasse allègrement la tonne.

Pour les plus riches d’entre vous, vous pouvez acheter des bielles de compétition en titane ou autre alliage léger. Pour nous pauvre préparateur en herbe, nous nous contenterons de les alléger nous même afin de gagner quelques grammes sans pour autant les affaiblir.

C est clair que contrairement au volant moteur, le gain ne va pas se chiffrer en kg mais en g, voir en mg, mais tout cela combiner va vous permettre de gagner en montée en régime.

Cas concret :

Le Schéma :

Avec la meuleuse (et là de nombreux mécanos sautent au plafond) vous attaquez la bielle ! Doucement et avec régularité, vous retirer le surplus de matière, vous arrondissez les angles.
L équilibrage est primordial et relativement simple. Vous utiliserez pour cela un « pèse aliment » de bonne qualité et précis au gramme près. La fameuse baguette de soudure est là aussi pour l équilibrage : Vous aurez préalablement positionné la bielle (à plat) à la perpendiculaire de la baguette pour en voir son point d équilibre (proche du point bb sur le croquis du haut), puis vous positionnerez la bielle préparée pour comparer.

Voilà il ne reste plus que le polissage toujours aussi long et fastidieux !

Les photos :

Ci-dessous trois bielle : l’origine à gauche, celle en cours au milieu et enfin à droite la « terminée »